Tonton Greg Rotating Header Image

Essai BMW F800R, la banane assurée !

Cet article a été lu 4826 fois!

Autant le dire, cette BMW F800R est une « entrée de gamme » chez BMW Motorrad. Enfin bon, après quelques kilomètres à son guidon, j’avoue ne jamais avoir été aussi content de rouler en entrée de gamme ! Parce que chez BMW, de base, on commence avec un cadre et bras oscillant en aluminium, une fourche inversée, un amortisseur de direction, un bi-cylindres Rotax de 90ch et 86Nm, une conso moyenne de 4l, à l’avant des doubles disques avec étriers flottants de diamètre 320 mm et étriers radiaux 4 pistons, un ABS…vous en voulez encore ? Oui bon là faut pas pousser le bouchon trop loin, à 8 550 euros, c’est déjà top ! Ah si, en option je prendrais les poignées chauffantes: j’ai essayé cette bécane alors qu’il faisait 5 degrés dehors, franchement, ça m’a sauvé les doigts 🙂

Au guidon, ça donne quoi alors ?

Avec ma modeste expérience de motard, je le dis quand même: poua poua poua, quelle bécane ! Ce que je retiens tout de suite est « polyvalence »: on peut aussi bien rouler sur le couple à bas régime que dans le tours, elle se montre réactive à tout moment. Le modèle essayé était bien équipé: poignées chauffantes (le kiffe ultime), ordinateur de bords hyper complet et suspension adaptable (mode confort, normal ou sport) et saute vent.

Les premières minutes à son guidon m’ont quand-même été déroutantes, notamment avec son bi-cylindre coupleux, je suis plutôt habitué à mon 4 pattes Yamaha qui demande des tours pour avoir de la puissance…je vous rassure, je me suis vite adapté 😉

Après, j’ai été frappé par sa facilité à se faufiler entre les voitures (je précise, je roulais dans Paris): après quelques minutes, je me suis senti à l’aise et faisais de belles manœuvres, dignes de l’examen plateau du permis A, mais en pire !

Concernant, le réglage des suspensions, j’avoue ne pas avoir trouvé de différences, à part sur les dos d’âne. Je pense qu’il faut être un motard averti pour en ressentir le besoin.

Vincent m’a laissé cette BMW F800R pour 1h…p***** c’est passé vite, trop vite ! En lui rendant, il m’explique encore 2/3 trucs sur la bête, notamment le choix du Rotex au lieu d’un boxer, beaucoup plus coûteux à la conception et donc à la vente aussi. Une chose aussi intéressante à savoir: le réservoir est sous la selle, ce qui permet d’équilibrer les masses sur les 2 roues. Ils sont forts ces allemands !

Alors, finalement, pour qui est-elle faite ? je dirais pour un motard modéré qui veut envoyer de temps à autre 🙂

Je remercie bien entendu Vincent de la concession BMW Motorrad Daniel Motos pour l’essai de cette BMW F800R qui m’a mis des étoiles plein les yeux.

N’hésitez surtout à venir leur rendre visite, je n’ai jamais été aussi bien accueilli dans une concession que chez eux. D’ailleurs, vous n’avez pas fini d’en entendre parler sur le blog !

L’essai en vidéo

Les photos

Vous aimerez aussi lire :

2 commentaires

  1. Marc dit :

    C’est une moto d’autant plus sympa que son nouveau look (phare) est moins perturbant que sur les version précédentes (genre Oo). J’ai la version GT et je confirme que le réservoir sous la selle avec ravitaillement à droite façon voiture, c’est top, surtout avec une sacoche de réservoir qu’on peut du coup laisser sur le faux réservoir… Les poignées chauffante, je confirme aussi : je les ai découvertes à l’essai de ma GT et depuis je ne pourrais plus m’en passer ; ça change la vie (et donc j’en ai fait installer sur la Honda de ma femme qui du coup est plus encline à la ballade par temps frais). Quant au réglage de suspension ESA, qui n’agit que sur l’arrière sur les F800, il n’est en effet pas indispensable (beaucoup plus intéressant sur les R1200 ou autre K1600 où il agit des deux côtés). Au final le Rotax est assez coupleux mais monte peu dans les tours (faut prendre du S1000 sinon) et il vibre un peu, mais on s’habitue. A noter : les F800 sont plutôt légère et très maniables comparées à d’autres marques en 800. Enfin (du moins sur la GT) n’oublions pas l’amortisseur de direction de série… Ceux qui n’aime pas son bruit peuvent se rabattre sur l’akrapovic qui améliore bien ça (pour pas mal d’Eruos quand-même). Bonne route !

    1. TontonGreg dit :

      Je pense que tu as bien résumé ce F800.
      Entre temps, par rapport aux poignées chauffantes, j’ai opté pour des gants chauffants qui eux réchauffent le dessus des mains: vraiment sympa, j’en suis presque venu à transpirer des doigts 😉
      Et bien vu pour l’amortisseur de direction de série, je l’avais oublié, je le rajoute de suite 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *