Essai BMW i3, le début d’un nouvel air !

Cette journée, je l’attendais avec impatience, comme un enfant peut attendre ses cadeaux de Noêl: oui, j’allais essayer les derniers bébés de BMW, l’i3 et l’i8, deux voitures exceptionnelles. J’ai d’ailleurs partagé cet essai avec Ludo du blog essais-libres.fr, le Mr GoPro 🙂

Vous avez carte blanche! Voilà la consigne passée aux ingénieurs BMW pour la création de ces 2 voitures électrisantes: ils ont démarré de rien pour nous présenter un petit concentré de technologie, haut de gamme, à la sauce écolo.

BMW i3, petit mais costaud

Non, rien à voir avec un « pimouss », c’est juste que sous ses airs de citadine électrique gentille, elle sait se montrer énergique. Le plus bel exemple nous a été donné lors de l’essai: départ arrêté face à une Audi RS4, on a tenu jusqu’à 50km/h! (oui, après, on s’est bien fait fumer, y’a des limites quand-même :p). Merci le moteur électrique qui délivre toute sa puissance instantanément!

Côté design, elle a été critiqué dès son lancement. Vous avouerez qu’elle a une « gueule » originale. Un responsable de chez Tesla l’a même appelée la « voiture Ikéa », un genre de meuble low-cost, qui contredit les standards BMW. Par contre, côté intérieur, on est tous d’accord, c’est somptueux: matériaux nobles, espace de vie, qualité des finitions, design moderne, technologie. Je dirais même que cette BMW i3 apporte une belle note de sérénité, idéal sur des routes parisiennes stressantes.

Avant de vous parler de mon ressenti au volant, retenez ces quelques points: une voiture légère (sur la balance et en sensation), respectueuse de l’environnement (même pour sa fabrication) et à la pointe de la technologie. Maintenant, derrière le volant, qu’en est-il? Vais-je garder le fameux plaisir de conduire?

Faisons court, cette BMW i3 est surprenante et le plaisir de conduire est bien présent! Certes, ce n’est pas une berline sportive mais quel pied de la rouler. Ce qui m’a d’ailleurs le plus « scotché » est la puissance que l’on peut avoir au démarrage. Avec 170ch, 250Nm de couple, seulement 1195kg et son 0 à 60 km/h en 3.7s , je dis vive les moteurs électriques!

Vous l’avez compris, cette i3 est dynamique, mais pas seulement grâce à sa vivacité mais aussi par son comportement. Les batteries étant localisées sous le plancher, elles contribuent à la rigidité du châssis aluminium et abaissent le centre de gravité.

Là où BMW a été fort est sur la récupération de l’énergie: dès qu’on lâche l’accélérateur, la i3 « freine » toute seule, elle régénère ses batteries. L’avantage de ce système est que l’on utilise rarement la pédale de frein, hormis pour les freinages d’urgence bien entendu. J’étais sceptique mais effectivement, durant les 20 minutes d’essai sur départementale et ville, je n’ai J-A-M-A-I-S touché le frein! De là, on comprend pourquoi elle a des disques de frein et étriers si petits 😉

Au quotidien

Maintenant, qu’en est-il de son utilisation au quotidien? Je veux surtout parler de son « carburant », elle consomme quoi? comment la recharger?

Avec une voiture à moteur thermique, quand le réservoir est vide, on passe à la pompe on attend 5 minutes et hop c’est reparti! Ici, avec de l’électrique, ça parait plus compliqué, il suffit juste de penser autrement. Déjà, vous pouvez opter pour le prolongateur d’autonomie qui vous fera passer de 200km à 300km d’autonomie, c’est bien rassurant. Option à 4000 euros, il s’agit du moteur thermique du scooter BMW C650, un bi-cylindres essence de 34ch, que l’on entend presque pas. Concernant la recharge électrique sur prise, ça sera soit sur une borne libre service (type AutoLib, sur le parking de supermarchés ou chez Ikéa par exemple – 5000 points en Ile de France) ou chez vous, sur du 220V (8h de charge) ou sur une prise recharge rapide (3h pour avoir 80% de sa charge, avec la WallBox Pro). Un câble est bien entendu livré avec la voiture.

Autre chose intéressante: l’écran iDrive nous indique sur une carte routière d’autonomie dynamique ainsi que la localisation des points de recharge.

Puis-je alors faire un Paris-Marseille en BMW i3? La réponse est oui, à condition d’avoir le prolongateur d’autonomie: il faudra alors s’arrêter tous les 150km pour refaire le plein d’essence. Fastidieux mais tout à fait possible!

Pour conclure sur cette BMW i3, je dirais que c’est avant-tout un aperçu de ce que BMW nous prépare. Le tout électrique, certain constructeurs le tâtent, BMW le maîtrise. Comme le dirait Steve Jobs (l’ex boss d’Apple), cette i3 est une « révolution ». Je ne peux que conseiller cette BMW i3, surtout si vous comptez la rouler en ville ou périphérie.

Ses point forts: dois-je encore en rajouter? ah si, un dernier, son rayon de braquage: on peut faire demi-tour dans un mouchoir de poche!

Ses points faibles: plutôt son seul point faible, le côté recharge électrique. Mais là, il s’agit surtout d’un problème pour toutes les voitures électriques, il faut être patient…

Caractéristiques techniques:

Les vidéos de Ludo:

Je tiens à fortement remercier BMW Velizy pour ces 2 essais et son accueil. Je vous conseille vivement d’aller voir cette concession, qui appartient à BMW France (pas de franchise). Hormis un show-room à vous couper le souffle, ils sont un centre d’essais permanent: vous y aller quand vous voulez pour essayer un véhicule!

Et l’essai de la BMW i8, c’est dans quelques jours, ça arrive…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *