Les suspensions

Généralités

Les suspensions sur un véhicule, sont les éléments permettant de relier les masses non suspendues (typiquement la roue, les systèmes de freinage, d’entraînement de roue, etc) aux masses suspendues (typiquement le châssis, le moteur et tous les composants du véhicule fixés au châssis).
L’utilisation de la suspension est imposée par les irrégularités de la surface sur laquelle se déplace le véhicule. Elle en diminue l’impact sur l’engin, évitant des ruptures et une usure excessive, améliorant le confort de conduite et maintenant le contact entre les roues et le sol malgré ses irrégularités : condition indispensable à la tenue de route. Par ailleurs le fait qu’un véhicule possède une masse nécessite l’utilisation d’un mécanisme de rappel pour éviter que le système ne s’affaisse indéfiniment au fur est à mesure des aspérités du terrain.
Ainsi, la suspension se compose d’un dispositif de liaison entre les « masses non suspendues » et les « masses suspendues », d’un ressort et éventuellement d’un amortisseur.
On distingue aussi les suspensions « à roues indépendantes » dans lesquelles sur un même essieu la partie gauche est séparée de la partie droite, des suspensions « à essieu rigide » où les parties gauche et droite sont liées.

 

BMW utilise des suspension de type MacPherson

C’est le type le plus utilisé sur l’essieu avant à roues indépendantes des automobiles d’aujourd’hui. Il se compose d’un seul bras de suspension transversal (ou triangle dans le type dit « pseudo Mc Pherson ») par côté. La jonction entre les masses suspendues et non suspendues est effectuée par une rotule côté roue et une cuvettes côté châssis. L’amortisseur et le ressort hélicoïdal sont concentriques sur la jambe fixée de manière rigide au porte-fusée. La barre antiroulis assure le guidage longitudinal du bras transversal.

Ce type de suspension est très répandu dans la voiture de série car le système est simple donc peu coûteux. Il est également très efficace dans la mesure où il maintient la roue assez perpendiculaire au sol ; toutefois, quand le véhicule prend du roulis, il y a « prise de carrossage négatif à l’enfoncement ». Cela assure une bonne tenue de route latérale. Les trains avant des voitures de « Monsieur tout le monde » en sont équipés.

 

 

(source Wikipédia)

 

Sachs et Bilstein …

Ce sont les 2 fabricants qui équipent les BMW, et cela depuis plusieures années, en amortisseurs.

Vous trouverez un paquet d’information sur leurs sites web:

http://www.sachs.fr/

et le catalogue Bilstein:

http://www.bilstein.de/en/products/search-service/online-catalogue.html

 

Choix des suspensions

En fait, il faudra faire un compromis entre le confort et la performance de la tenue de route: des amortisseurs sports vous colleront à la route mais vous sentirez la moindre imperfection. Tandis que les « normaux » vous permettront d’avaler des kilomètres sans problème « musculaires ».

Vous pourrez toujours trouver votre bonheur dans des amortisseurs pilotés en y mettant le prix. Là, pas de soucis, ils se règlent automatiquement par rapport au type de pilotage et à la route empruntée, grâce à des capteurs dans la voiture, vive l’électronique!

 

Pas encore convaincu?

Changer vos amortisseurs par de plus performants, vous ne pensez pas que c’est utile? Regardez ce test sur une E90:

Impressionnant non?

Vous voyez donc maintenant que ces suspensions jouent un grand rôle dans la sécurité de la voiture: même sans « jouer » avec, cela peut vous sauver la vie (meilleur contrôle et distance de freinage plus courte).

 

Le compromis…

… l’amortisseur combiné-fileté: il permet de régler la hauteur de caisse suivant ses envies et est très performant (alliance ressort + amortisseur).

 

Alors maintenant, comptez entre 2000€ et 3000€ pour un kit complet (4 roues, hors main d’œuvre).

Have fun!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *