Tonton Greg Rotating Header Image

Nouvelle BMW M2, à qui peut-elle succéder ?

Cet article a été lu 2907 fois!

Après plusieurs mois d’attente et de photos/vidéos volées ici et là, BMW nous dévoile enfin son dernier petit jouet de la division M, la nouvelle BMW M2 ! Qu’a-t-elle dans le ventre, doit-on se jeter dessus ? Est-elle la digne héritière d’une M ? Nous allons voir cela en détail.

Un moteur de M3/M4 mais pas vraiment…

Tout comme sa grande sœur la M3, cette baby M embarque un 6 cylindres 3.0l bi-turbo (twin scroll). Côté performances, on en a pour notre argent: avec ses 1495kg, son L6 de 370ch et 465Nm (rajoutez 35Nm grâce à l’overboost) pousse notre ch’tite mémère de 0 à 100km/h en seulement 4.3s (avec la boite DKG7), pour atteindre les 250km/h (270 avec le pack Expérience M).

Courbe puissance BMW M2

Côté architecture moteur, il s’agit du N55B30T0, emprunté au X4 M40i et non du S55B30 de la M4. On y retrouve la technologie M TwinPower Turbo : TwinScroll turbo, High Precision Injection, VALVETRONIC et Double-VANOS. Quelques éléments comme les pistons à segment supérieur optimisé pour des chemises en fonte grise et les coussinets de palier de vilebrequin proviennent du bloc S55. En plus, le moteur de la nouvelle BMW M2 reçoit les bougies d’allumage hautes performances à coefficient thermique accru.

Le carter d’huile modifié pour garantir une alimentation en huile fiable, surtout sous accélération transversale dynamique et lors des accélérations et des décélérations extrêmes sur circuit. S’y ajoute un dispositif d’aspiration d’huile spécifique assurant l’alimentation en huile du turbocompresseur sur échappement lorsque la voiture accélère fortement (plus d’un radiateur d’huile supplémentaire pour l’huile de boîte, seulement la DKG, et d’un radiateur d’eau supplémentaire pour le moteur).

Grâce à son architecture à tablature fermée (closed deck) qui veut que la chemise d’eau autour des cylindres soit fermée en haut, le moteur tout aluminium léger optimisé sur le plan thermodynamique se caractérise par une rigidité particulièrement élevée. Ce choix structurel permet des pressions plus importantes dans les cylindres, ce qui leur confère un rendement plus élevé. Les chemises de cylindre ne contribuent pas seulement à optimiser encore le poids du six cylindres, mais ils réduisent aussi les frictions internes (alors que le S55 n’en possède pas, les parois de ses cylindres sont traitées avec une technique de Twin-Wire Arc Spraying, comme le fait AMG sur leurs V8, permettant le rajout d’une matière épaisse de 20 micromètres).

De série, vous avez une boite manuelle 6 rapports ou une DKG 7 en option (double embrayage) qui permet du Launch Control (les départs arrêtés pour les filles).

On nous annonce une conso d’environ 8l/100km…mouais, perso, je n’y crois pas et surtout je m’en bats les steaks, je n’achète pas une sportive de ce rang pour sa conso !

Un look ravageur

Comme mon confrère Fred du blog TheAutomobilist l’a souligné, elle a une belle gueule mais pourquoi des ouies aussi béantes sur le pare-chocs ? C’est la nouvelle mode ? Le designer est un fan de Mad Max ? A priori, ces éléments s’inspirent de la BMW 3.0 CSL …

Côté peinture, seulement 4 coloris sont disponibles: Long Beach blue, Alpinweiss, Saphirschwarz et Mineralgrau, avec l’effet peau d’orange toujours de série (visible même dans la vidéo officielle O_o).

Côté châssis

Les essieux avant et arrière de construction légère en aluminium proviennent des BMW M3/M4 (bras de suspension, porte-moyeu, supports d’essieu et plan de poussée de l’essieu avant à jambes de suspension à double articulation = 5 kg de moins qu’une construction conventionnelle en acier), les roues de 19 pouces en aluminium matricé sont chaussées d’une monte pneumatique mixte, les Michelin Pilot Super Sport, la direction M Servotronic possède deux lois d’assistance et les freins M Compound sont soit-disant performants. Le différentiel M actif à régulation électronique optimise la motricité et la stabilité de conduite. Quant au mode M Dynamic (MDM), fonction du Contrôle dynamique de la stabilité (DSC), il autorise un certain patinage sur circuit et, donc, de légères dérives contrôlées.

Oui bon, j’ai fait un copier/collé du communiqué de presse là…mais le message est clair: comme d’habitude chez BMW, cette M2 va coller au sol mais aussi permettre de drifter, le kiffe !

Par contre, le système de freinage BMW M Compound issu de la course automobile, là, il va falloir s’expliquer: il s’agit de quoi exactement ? Enfin des plaquettes qui tiennent plus de 10 tours de circuit ? On nous dit que ces étriers fixes à quatre pistons à l’avant et à deux pistons à l’arrière avec des disques de frein perforés et ventilés de 380 mm et 370 mm de diamètre en fonte grise assurent d’excellentes valeurs de décélération, quelles que soient les conditions…je demande à voir !

La direction de la nouvelle BMW M2 est électromécanique. Certes elle ne consomme pas d’énergie en ligne droite ou lorsque la voiture est à l’arrêt, moteur tournant (baisse de la conso de 0,3l) mais ne perd-t-on pas du feeling ? A voir !

Alors, successeur de quelle béhème ?

Je cite le communiqué de presse: « BMW M GmbH perpétue avec la nouvelle BMW M2 la success story de la BMW Série 1 M Coupé. Comme elle, la BMW M2 redéfinit, une fois encore, la donne dans le segment des sportives compactes de haut niveau. Or, l’histoire de la BMW M2 ne se limite pas à sa devancière directe, elle s’inscrit aussi dans la tradition de la légendaire BMW M3, première du nom, déclinée de la série E30 en 1986. Elle a aussi une aïeule qui, il y a plus de 40 ans déjà, incarnait l’ambition de BMW M GmbH en offrant dynamisme exceptionnel, agilité maximale et maîtrise idéale de tous les instants : la BMW 2002 turbo. »

Ok, la M2 successeur de la BMW 1M, je n’ai pas de problème avec ça, mais l’héritière de la M3 E30 ??? WTF ??? Cette M2 n’a rien à voir avec une précédentes M3 E30, E36 ou E46 ! Par contre, oui, son côté « aseptisé » se rapproche des E90 et F82.

Finalement, Tonton, tu l’achètes ou pas ?

J’avoue être mitigé, notamment concernant 2 faits:

  • oui, il s’agit d’un nouveau modèle, la première BMW M2 de l’histoire. Mais elle ne me fait pas autant d’effet que la 1M, la première baby M. Cette M2 me paraît plus « douce ».
  • comparée à la M235i, elle est juste un poil plus puissance mais surtout, à 61 750 euros, elle est 13 750 euros plus cher … en vaut-elle vraiment le coup ?

Quoiqu’il en soit, cette BMW M2 promet d’être polyvalente: racée, sportive et « pépère tranquille » quand on lui demande, du typique BMW. Je n’ai qu’une hâte: poser mes fesses au volant de ce petit bolide 🙂

Vidéos

Et la brunette à 1:33 kiffant la sonorité du L6 🙂

Photos

Vous aimerez aussi lire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *